Mobilisations (21/03/2016)

La mobilisation des membres du “collectif 17 plus jamais” semble avoir porté ses fruits. Les grilles ont été enlevées dès le jeudi 17 mars, lendemain de l’apparition des panneaux de protestation qui ont donné lieu à la chronique précédente. Le vendredi 18 mars vers 17 heures 40, la dame aux cheveux blonds et courts s’affairait comme à son habitude à ce moment de la semaine. Et les cartons de la discorde étaient rangés soigneusement face cachées le long du socle de la statut. Ce week-end, ils avaient disparu, partis à la poubelle ou archivés par un membre du collectif ? Un prochain conflit nous le dira peut-être.

A nouveau accessible, le Mémorial de la place de la République semble être entré dans une nouvelle phase. Il est désormais un lieu légitime de mobilisations, de la cause de la réaction aux attentats à celle de la révolution égyptienne ou de la lutte contre la modification du code du travail, en passant par la protestation contre la politique du gouvernement éthiopien.

Ce jeudi marquait le premier anniversaire de l’attentat du musée du Bardo en Tunisie. Plusieurs membres des familles des victimes ont choisi la place de la République pour rendre hommage à leurs morts. Ils y ont déposé photographies et fleurs. Il s’agissait également pour eux de faire entendre leur voix et de plaider leur cause.  De telles “mobilisations de victimes” ont donné lieu à plusieurs travaux de recherche. Elles apparaissent comme structurées par les rapports sociaux qui préexistent à l’événement, le traumatisme ne crée pas seul la mobilisation, mais également par l’action de l’Etat. Ici la mobilisation des victimes du Bardo est clairement orientée, en creux, par la politique publique. C’est en effet par comparaison avec le sort, symbolique et financier, des victimes  du 13 novembre que les victimes de l’attentat du Musée du Bardo formulent aujourd’hui leurs revendications. Il paraît ainsi cohérent qu’ils choisissent le même lieu pour se souvenir de “leur” événement et ainsi l’inscrire dans un espace de cause commun avec celui des victimes de novembre et janvier 2015 à Paris.

IMG_2463

Fleurs et photographies telles que déposées le 17 mars en fin de journée

Dès le lendemain, cette mobilisation des victimes du musée du Bardo a été appropriée par les membres du “collectifs 17 plus jamais”, avec une nouvelle mise en scène et l’apposition des traditionnels logos comme dans la photographie suivante. Ici la mobilisation est mobilisée.

 

IMG_2474

D’autres causes organisent, elles, leurs propres mises en scène. Vendredi, des militants ont eux aussi utilisé comme porte-voix les statue et le mémorial pour mettre en avant la cause de la révolution égyptienne.

IMG_2479

Juste derrière, une banderole rédigée en Oromo, prend une position militante dans la politique éthiopienne. Et utilise le site d’hommage aux victimes des attentats comme une tribune politique engagée, en substance : “A la mémoire des enfants oromo massacrés au nom du Master Plan”, plan d’expansion de la capitale du pays.

IMG_2478

La compréhension de ce texte a été possible grâce à l’aide d’une voisine du quartier et connaisseuse de l’Ethiopie.

Le socle de la statue est donc devenu un lieu de conjonction de causes et de mobilisations. Jeudi, le retrait des grilles avait déjà libéré la place pour une grand banderole : une ode à la jeunesse en lien avec la mobilisation contre la “loi El-Khomri”. Cette hybridation rend difficile la création d’un consensus autour d’un seul et même lieu pour, dans l’avenir, “commémorer les attentats de novembre” et leurs victimes. Les projets ne cessent de se multiplier en ce sens. Ils font à leur tour l’objet de mobilisations.

IMG_2458

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s