Privatisation (19/05/2016)

Samedi dernier, aux alentours de 18h, la polarisation quant au sens à donner aux attentats se donne à voir dans l’espace même de la place de la République, et aux marges de “Nuit Debout”. Sur la partie Ouest, dans la zone frontière entre l’accueil de la manifestation et le Mémorial aux victimes des attentats, des banderoles sont en train d’être réalisées. Elles prônent la solidarité et le rapprochement entre les individus quelles que soient leurs nationalités et leurs religions. Le drapeau américain apparaît ainsi au centre et à égalité avec ceux des autres pays, également touchés par le terrorisme.

A l’extrême Est, à l’autre bout de “Nuit Debout”, à l’orée du boulevard Voltaire, c’est un tout autre discours qui apparaît, celui de la dénonciation des bombardements en Syrie par un “Etat assassin” et la représentation graphique des Etats-Unis comme la nation coupable des crimes.

“Nuit Debout”, et son assemblée générale, se tiennent entre ces deux pôles. Elle est traversée, dans tous les sens du terme, par la question des attentats et de leur interprétation. L’occupation de l’espace public de la place participe de l’expression de cette fragmentation du sens donné aux attentats. Cette dynamique de fragmentation est renforcée par le fait que ce sont quelques individus, qui ne représentent qu’eux mêmes, qui mettent en scène les hommages déposés sur la statue depuis janvier 2015 tandis que la seule intervention de l’Etat dans ce domaine est un chêne de petite taille relégué au nord-ouest de la place et qui a aujourd’hui piètre allure. Cet espace laissé vide par la parole publique a laissé libre cours à une privatisation tant de la mémoire des événements que de la surface physique de la place.

Hier, la place a donné lieu à un autre forme de privatisation de l’espace public, lui aussi fragmenté. Des policiers ont donc manifesté sur la place de la République à 12h. Dès 11 heures, la place est entourée de barrières. Seuls les membres des forces de police, munis de leur carte professionnelle, sont autorisés à franchir les barrages. Les autres sont interdits d’accès. Aux barrières, des militants politique, des participants réguliers à “Nuit Debout” mais aussi de simples riverains ou passants sont surpris. “C’est notre place”, “la place n’a jamais été fermée”, “c’est la première fois qu’elle n’est que pour une catégorie de personnes”, “ce n’est pas chez eux, c’est chez nous”.

Comme le montre la photographie d’ouverture de cette chronique, les quelques policiers présents se concentrent sur la partie Ouest de la place, celle la moins occupée, le soir venue, par “Nuit Debout” dont l’essentiel des activités a lieu sur la partie Est. Les deux mouvements se répartissent donc de part et d’autre de la statue sur lequel a vu le jour le Mémorial. A chacun sa place, au propre comme au figuré.

Et puisque, sur cette place visiblement plus qu’ailleurs, la mobilisation politique passe par la mobilisation du passé, c’est un mémorial inédit qui, en réponse à la manifestation des policiers, se fait jour une fois l’accès à la place à nouveau ouvert. La zone dévolue aux commissions et assemblées générales de “Nuit Debout” est recouverte d’une inscription massive à l’entête “Ils ont déporté nos grands-parents. Ils ont noyé nos parents. Tout le monde déteste la police”. En dessous, des dizaines de noms en bleu, avec des dates en blanc sont égrainés suivi, et selon les cas, de pochoirs rouges “tué” ou “mutilé par la police”.

Quelques heures avant déjà derrière les barrières qui empêchaient l’accès à la place, pendant la manifestation des policiers, au sein des discussions, parfois vives, entre jeunes et vieux, entre femmes et hommes, entre militants revendiqués et simples citoyens, l’argumentation avait systématiquement fait un détour par l’histoire proche comme lointaine, des attentats de 2015 à la Commune, le plus souvent par la Seconde Guerre mondiale, en en tirant d’ailleurs des argumentaires et des leçons très différentes.IMG_4044

 

 

 

 

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s