T-Shirts (12/08/2016)

La mise à distance et le déplacement sont parmi les principaux moteurs du regard sociologique. Et ce mouvement de côté est à l’origine de ces chroniques. Mon départ loin de Paris pour trois semaines a, sans surprise, confirmé à quel point le lieu et la position depuis lesquels on observe détermine ce que l’on va voir.

Dans le Pays du Mont-Blanc où je passe mes vacances, je tente de rompre avec ma position d’observatrice. Mon nouvel environnement m’y aide. Les conversations portent très rarement sur les attentats et les traces d’un rapport à l’événement sont peu présentes.

La distance, géographique et sociale, d’avec le quartier conduit une nouvelle fois à prendre un peu plus conscience de la manière dont y vivre a façonné le rapport à l’événement. La distanciation est cependant limitée. Habitus sociologique et vécu de l’année 2015-2016 dans le 11ème ont finalement développé chez moi une hypersensibilité aux indices de toute forme de relation aux attentats.

C’est ainsi dans un parc naturel où les visiteurs viennent, le plus souvent en famille, rencontrer des animaux sauvages que je remarque dans le même périmètre de quelques mètres carrés, pas plus, deux hommes vécus chacun d’un t-shirt noir qui fait explicitement référence à “Charlie”.

Les deux hommes ont approximativement le même âge et sont tous les deux pères. L’un porte un t-shirt qui fait référence à l’univers du cirque. Un dessin figure un acrobate qui jongle avec des balles qui chacune porte une des lettres du mot “Charlie”. Il renvoie à de l’ironie et du jeu pour évoquer l’événement. Le t-shirt du second ne comporte que du texte. Détournant le slogan “Je suis Charlie”, dont il reprend pour partie le code typo, il arbore un message clair “Je suis Charlie Martel”. Renvoyant à la victoire de Charles Martel sur la conquête musulmane à Poitiers en 732, cette formulation est revendiquée par des groupes d’extrême droite comme Génération identitaire.

Sous mes yeux, et à travers un support matériel des plus ordinaires – un t-shirt-, apparaît la fracture politique qui traverse la société quant aux leçons à tirer des attentats. Cette expérience montre également à quel point l’espace public le plus ordinaire est devenu un lieu d’expression de ces luttes politiques qui ne se cantonnent plus à un ou quelques arènes dédiées.

142-t-shirt

Photographies prises à 16h30 le 12 août 2016.

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s